Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 11:41

Le premier panneau commémoratif de l'itinéraire " Sur les pas de Ceux de 14"  à été inauguré le 1er août  2014 à Châlons-en-Champagne, en présence de Julien Larrère-Genevoix, petit-fils de l'écrivain.

     A l'initiative de la ville de Châlons et de la communauté de communes de Triaucourt-Vaubécourt, cet itinéraire commence à Châlons et se terminera à la Tranchée de Calonne (où le lieutenant Genevoix sera blessé griévement blessé le 25 avril 1915) et sera jalonné par 23 panneaux historiques.

      Le premier panneau commémore l'arrivée de Genevoix à Châlons, quand il fût mobilisé au 106e RI et son départ de la caserne Chanzy le 25 aout 1914 pour rejoindre le régiment qui était parti en campagne depuis le 1er août.

      Etrangement, ce panneau a malheureusement été plaçé - par erreur ? - devant l'ancien Quartier Forgeot, avenue Valmy, dans lequel le 25e Régiment d' Artillerie de Campagne tenait garnison en 1914 et non pas devant la véritable caserne Chanzy où stationnait le 106e RI, certes réhabilitée, mais dont l'entrée et des batiments d'époque existe encore de nos jours, dans l'avenue Sarrail...

 

Plus d'informations sur le parcours complet sur le site du  Pays de Verdun

 

 

 

panneau chalons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Florent Deludet - dans Ce qui demeure...
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 16:40

Samedi, 1er août 1914

A 3 heures du matin, dans la direction de l'esplanade Valmy, une fanfare retentit : c'est le premier bataillon du 106e, qui, avec le colonel Collignon et le drapeau, sort de la caserne Chanzy. Les accents de la Marche du 106e, de la Marche Lorraine et de Sambre et Meuse  réveillent tout Châlons. Comme nos soldats, la foule vibre d'enthousiasme. Des cris se font entendre : Vive le 106e ! Vive l' armée ! Vive la France ! Sur le quai d'embarquement, près de l'ancienne gare d'Orléans, de nombreuses personnes réclament l'exécution de la Marseillaise. Le colonel Collignon ne croit pas pouvoir prendre sur lui de donner satisfaction à ses patriotes. Alors soldats et civils se découvrant, entonent l'hymne national...

Un coup de clairon...Joyeux et graves, les soldats du 1er bataillon sont partis...

A peu près à la même heure, la compagnie cycliste du 29e bataillon de chasseurs à pied [en fait le 5e groupe cycliste de la 5e Division de Cavalerie -NdA ], casernée à l'ancien Petit Séminaire de Saint Memmie, quittait aussi Châlons.

Vers 5 heures du matin, le 3e batailon du 106e franchit à son tour la porte du quartier Chanzy. Tambours et clairons se font entendre dans la rue Saint Jacques [actuellement la rue Léon Bourgeois], la rue et le faubourg de Marne, l'Avenue de Paris. Le bataillon gagne le quai d'embarquement. En attendant le signal du départ, les hommes devisent joyeusement et commentent les inscriptions traçées à la craie sur les wagons: A Berlin !  A bas Guillaume ! Vive la France !

Puis des groupes chantent la fière chanson du 106e. La Maison Dalizon gratifie les soldats de quelques bouteilles de Champagne. Enfin, le train s'ébranle: des chants, des vivats, un dernier adieu, des képis qu'on agite vers les parents, les amis ou les curieux, profondément émus, et voilà parti pour la Gloire notre beau 106e, " ce régiment qui depuis 40 ans est le nôtre et qui est comme la chair de notre chair". Le lieutenant-colonel Dubois qui ne part pas encore est présent à l'embarquement. Il a salué, l'air grave, chacun des wagons. Les officiers, sous-officiers et soldats ont répondu avec une respectueuse cordialité.

Une partie du 5e chasseurs à cheval (Colonel Hennocque) s'embarque au quai militaire, rue du quai d'embarquement, vers 5h du matin; le restant du régiment au même endroit vers 7h et demi. Comme leurs camarades du 106, les vaillants chasseurs sont chaleureusement acclamés.

Vers huit heures du matin, les facteurs de Châlons et des environs remettent aux plus jeunes réservistes (classes 1908, 1909 et 1910) des ordres d'appels individuels leur enjoignant de rejoindre immédiatement et sans délai. Des ordres semblables sont distribués aux réservistes de la Territoriale affectés à la G.V.C. Dans la journée même, ils seront à leur  poste.

Dès la matinée, la circulation est intense, de nombreux réservistes arrivent, qui à pied, qui à byciclette, se dirigeant vers la gare, la musette pendue à l'épaule ou un modeste ballot à la main. Bien des adieux déjà ont eu lieu, qui auront été les derniers. Les nombreux trains d'infanterie et de réservistes qui passent en gare de Châlons, fleuris, couverts d'inscriptions joyeuses, bondés de jeunes gens pleins d'entrain, sont acclamés. On apprend bientôt que Jaurès a été assassiné à Paris, la veille au soir. Mais l'esprit est ailleurs.

 (Le Journal de la Marne 1 août 1915)

 

extrait 1 08 14-copie-1

 

                        Première page du carnet de route du capitaine Bord, commandant la 7e compagnie du 106e RI

                        (Archives Famille Bord)

 

 

 

Published by Florent Deludet - dans 1914
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 15:22

 

Un détachement du 132e Bataillon Cynophile de l'Armée de Terre stationné à Suippes (Marne), héritier des traditions du 132e RI, était présent à Reims pour les cérémonies de la Fête Nationale le 14 Juillet dernier. Le drapeau de cette unité ayant l'honneur de défiler à Paris le même jour, celui du 106e RI, régiment "frère" du 132e, avait été perçu pour la circonstance au Service Historique de l'Armée à Vincennes.

C'était donc une rare occasion de voir le drapeau du 106e RI revenir en terre Marnaise.

Ce drapeau daterait des années 70, alors que sa cravate serait beaucoup plus ancienne. Celle-ci porte la Croix de Guerre 1914-1918 avec quatre palmes ainsi que la fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire, symbolisant les quatre citations à l'ordre de l'Armée qu'avait reçu le régiment pour ses faits d'armes pendant la première guerre mondiale.

 

CRAVATE-reduite.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Les noms des batailles où le 106e Régiment d'Infanterie s'est illustré depuis sa création sont brodés sur sa glorieuse soie :

 

BIBERACH 1796  (Directoire - Campagne d' Allemagne)

GENES 1800        (Consulat - Campagne d' Italie)

WAGRAM 1809  (1er Empire - Campagne d'Autriche)

MALOJAROSLAWETZ 1812   (1er Empire - Campagne de Russie)

LES EPARGES 1915 

L'AISNE 1917

MONTDIDIER 1918

MONT D'ORIGNY 1918

 

BATAILLES

 

 

 

Mes vifs remerciements à la Cellule Communication du 132e Bataillon Cynophile de l'Armée de Terre qui m'a signalé l'événement et m'a permis de publier ses excellentes photographies, ainsi qu'au Lieutenant-Colonel Le Cerf et au Capitaine Cariou.

 

 

defile-14-juillet-1917.jpg Le drapeau du 106e RI et sa garde lors du défilé à Paris le 14 Juillet 1917  (à sa droite, celui du 92e RI).

 

 

 

 

 


Published by Florent Deludet - dans Ce qui demeure...
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 09:22

Pour faire suite à mes recherches sur les personnages de Ceux de 14, je recherche activement, mais sans succès pour l'instant, les familles et  descendants, directs ou indirects, des militaires suivants :

 

ALTMAYER Louis Auguste, né en 1872 à Bar le Duc (Meuse) et certainement décédé en 1936.

Capitaine de réserve, il commandait la 9e compagnie du 106e, puis la 11e compagnie (celle dans laquelle servait mon arrière-grand-père Jules Terrière). Il sera blessé aux Eparges en Avril 1915.

Il est "Masinbert" dans Ceux de 14 .

 

SIMON Ernest, André, né à Paris en 1877.Officier de carrière sorti de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, promotion Marchand (1898-1900). Capitaine de la 8e compagnie, blessé légèrment en septembre 1914 et tué le 31 décembre 1914 aux Eparges. Son frère, SIMON Etienne Marcel, né en 1879 à Paris, était également officier et avait perdu un oeil par blessure en septembre 1914. Ce dernier est décédé en 1944 à Criquetôt (76).

Il est le fameux  "Maignan" dans Ceux de 14.

Sa tombe se trouve dans le cimetière communal de Rupt-en-Woevre ( Meuse)

 

plaque-tombe-blog.jpg

 

 

 


 

VIENOT Henri, Paul, né à Paris (8e Arrondissement)  en 1879. Saint-Cyrien de la promotion Bourbaki (1897-1899). Commandant de la 12e compagnie puis du 3e bataillon. Il est tué le 20 Février sur le piton des Eparges.

Marié en 1904 à Yvonne Renée Germaine QUITTERAY, au moins un fils, André Henri Anotole Pierre nait en 1905 de cette union. Il est "Desoignes" dans Ceux de 14.

 

GERMAIN Adrien, né en 1882 à Dormans dans la Marne. Il est sécrétaire de rédaction et réside succesivement à Rouen, Paris, Bordeaux et Orléans. Il était sergent à la 7e compagnie à la section du Lt Porchon. Promu adjudant, il est blessé aux Eparges en Avril 1915.  Revenu après sa convalescence à la 11e compagnie du 106, il est tué à Bouchavesnes dans la Somme le 25 septembre 1916. Une plaque en sa mémoire se trouve dans la chapelle du cimetière militaire de Rancourt (Somme).

La mère de Robert Porchon le rencontre par hasard à Orléans et recopie une partie de son carnet de route.

Il est le "sergent Gervais, un phénomène... " dans Ceux de 14.

 

N'hésitez pas à me contacter, merci !

 

Published by Florent Deludet - dans Les Recherches sur le 106e
commenter cet article
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 18:36

Flammarion vient de rééditer l'incourtournable "Ceux de 14" de Maurice Genevoix, disponible en librairie depuis le 2 octobre 2013.

 

Michel Bernard, auteur notamment du remarqué "Pour Genevoix" ( La Table Ronde 2011)  y signe la magnifique préface.

Votre serviteur, pour sa part, a eu l'opportunité d'y inclure un dossier intitulé " Ceux de 14 : un témoignage, des hommes". de près de 90 pages à la suite du texte de Genevoix.

 

C'est une partie de ces dernières années de recherches consacrées au 106e Régiment d'infanterie, et en particulier aux personnages réels de Ceux de 14, que je vous fais découvrir dans ce dossier :

- Une centaine de biographies des personnages réels du récit que j'ai identifiés formellement.

- Une trentaine de photographies des personnages, dont la plupart inédites, issues des archives de la famille Genevoix et des familles de descendants que j'ai pu retrouver à travers la France.

   La fameuse et émouvante  " petite photo grise" du dernier paragraphe du livre est publiée !

D'autres chapitres sont consacrés au 106e RI en 1914, à la composition nominative de la section du sous-lieutenant Genevoix, des explications sur les pseudonymes employés par l'auteur...

 

Ce travail publié est pour moi la consécration de près de dix ans de recherches sur ce sujet. Cependant, des dizaines de témoignages et des documents iconographiques inédits  n'ont pu être inclus dans cette édition et, espérons le, trouveront leur place dans un futur projet.

 

" Ceux de 14"  de Maurice Genevoix  - Flammarion Octobre 2013 - ISBN 978-2-0813-0985-2 - 950 pages - 25 euros.

 

ceux de 14 2013-copie-1

 

 

 

ceux de 14 livre blog

Published by Florent Deludet - dans Ceux de " Ceux de 14 "
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 15:13

Ceux de 14 compte près de deux cent cinquante personnages.

Aucun n’est invention de romancier. Tous furent des êtres de chair et de sang. « Il n’est aucun personnage, de tous ceux qui paraissent au cours des cinq volumes, qui ne corresponde effectivement à un personnage réel. » écrivait Maurice Genevoix.

Mais presque tous portent un pseudonyme.

C’est vraisemblablement par souci de confidentialité Sous Verdun paraît en pleine guerre – et par respect pour les disparus et leurs familles que l’auteur se résolut à ce choix.

L’identification des personnages serait donc impossible si Genevoix lui-même n’avait établi la table de correspondance entre pseudonymes et noms réels.

C’est cette table que nous vous dévoilons et mettons en ligne ici , transcrite à partir des notes mêmes de l'écrivain

http://www.ceuxde14.fr/interactions/espace-interactif/le-fonds-voix-et-visages/table-de-correspondance-pseudonymes-noms-reels-dans-ceux-de-14/?s

Certes, ceux qui ont visité le « Musée Maison Maurice Genevoix » de Saint Denis de l'Hôtel, ou qui possèdent l’édition Omnibus 1998 de Ceux de 14, ou encore qui connaissent les travaux d’Arnaud Carobbi et ses élèves, ont déjà eu l’occasion de parcourir cette liste, mais partiellement.

Nous avons respecté l’ordre qui était le sien : « celui du récit, dans l’ordre même des cinq volumes ». Nous avons cependant corrigé l’orthographe de quelques noms réels (ce que signalent les astérisques), écrit en toutes lettres les grades et éliminé la vingtaine de références à des numéros de page, car l’on ne sait à quelle édition du texte elles renvoient. 

Qui le voudra pourra s’amuser à compter le nombre d’officiers, de soldats, de cuistots ou brancardiers, de civils ou encore de femmes mis en scène par Genevoix. On saluera en tout cas le talent d’un écrivain capable de faire vivre autant de caractères dans leurs singularités.

En ce qui nous concerne, nous sommes parvenus à trouver une photo au moins de quarante-cinq de ces personnages.

Toute aide ou information en cette recherche est d’ailleurs bienvenue.

Published by Florent Deludet - dans Ceux de " Ceux de 14 "
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 12:16

 

Pour plus de détails, ainsi que les programmes de conférences et de lecture voir   www.ceuxde14.fr

 

 

 

expogenevoix.jpg

Published by Florent Deludet
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 10:53

Encore une fois, les hasards de la brocante m'ont fait croiser le chemin du 106e RI.

 

Il s'agit d'un diplôme "Hommage de la Nation" décerné au soldat Charles Albert VALLERY,tué le 18 Février 1915 aux Eparges.

Ces diplomes ont été envoyés, à partir de 1916, aux Maires des communes des soldats décédés qui étaient chargés de les remettre à la famille du défunt.

 

L'acte de décès de VALLERY, établi  le 10 Mars 1915 par le Sous-Lieutenant Ducluzeau, officier d'Etat Civil du Régiment, précise que VALLERY Charles Albert, soldat de deuxième classe à la 8ème Compagnie du 106e Régiment d'Infanterie,  N° 014648 au répertoire du Corps, Cultivateur, 32 ans, natif de Moncetz ( Marne) et domicilié à St Memmie, Canton de Châlons sur Marne (Marne), est décédé aux Eparges le 18 Février 1915 à 16h30 du soir, par suite de blessures reçues sur le champ de bataille.

Deux témoins contresignent cet acte, le soldat Jules Auguste LECOCQ, 30 ans, natif d'Alliancelles (Marne) et Jules Charles ALLIAUME, 30 ans, de Fourmies ( Nord).

A noter que LECOCQ sera tué lui aussi aux  Eparges le 5 Avril 1915...

Diplome-MPF-Vallery-106ri.jpg

Published by Florent Deludet - dans Le Mémorial du 106e RI
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 18:42

Après plusieurs années de recherches et d'efforts, nous avons réussi à réunir le 30 Avril dernier aux Eparges, une dizaine de descendants directs des personnages de l'oeuvre de Maurice Genevoix consacrée au 106e RI, "Ceux de 14".

 

En effet, venus des quatre coins de France et même de l'étranger, étaient représentées les familles Genevoix, Porchon (Sous-Lieutenant Robert Porchon), Bord (capitaine puis Commandant "Rive"), Lagarrigue (Médecin Aide-Major "Le Labousse"), Barjonet (Colonel "Boisredon"), Prunaux-Cazer (Capitaine "Béreau") et Auboin ("Thérèse Aubry"), qui hébergea Genevoix à Mont-sous-les Côtes).

 

Au programme, visite de la crête des Eparges, parfaitement orchestrée par notre ami Yves, des villages de cantonnement, de la tranchée de Calonne et des cimetières des environs où nous nous sommes recueillis sur quelques tombes de compagnons de combat de Genevoix.

 

Des documents photographiques inédits, des souvenirs, et des moments d'émotion furent intensément partagés durant cette journée qui se révelera trop courte.

 

Nous remercions encore une fois ces familles de leur confiance.

 

groupe

Published by Florent Deludet - dans Les Recherches sur le 106e
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 17:50

Ce blog est resté inanimé pendant trop longtemps et je m'en excuse.

Cependant, je ne suis pas resté inactif et les recherches ont avancé considérablement cette année.

 

Je travaille désormais de concert avec mon ami Thierry Joie, auteur des "Carnets de Robert Porchon" (Éditions de la Table Ronde 2008), et autre grand passionné de Maurice Genevoix et des acteurs de "Ceux de 14".

Ensemble, nous avons des projets qui se dessinent, à court ou long terme.

 

Des recherches passionnantes nous ont permis de retrouver les traces de descendants de Ceux du 106e RI, qu'ils soient officiers d'août 1914 ou soldats des derniers combats de 1918,  Champenois, Picards, Bretons, Parisiens ou Gascons, et des documents inédits sont sortis des archives familiales aux quatre coins de la France.

 

A cela, se sont ajoutées de nombreuses heures de consultations dans les Archives départementales, au Service Historique de la Défense de Vincennes, aux Archives Nationales de Fontainebleau...

 

Résultat tangible de ce travail, Thierry et moi collaborons au tout nouveau site de Mme Sylvie Genevoix et de son Association" Je me souviens de Ceux de 14"  mis en ligne hier, 11 Novembre 2010, et nous y animerons les rubriques

" Voix et Visages de Ceux de 14" et " Témoins de Ceux de 14". 

Je vous invite à découvrir ce site, ainsi que l'association et sa vocation  :http://ceuxde14.fr/

 

Vous pourrez  y découvrir notre premier article consacré à Fernand PRAT,   le " Lieutenant Dast  " dans le livre de M.Genevoix et le témoignage émouvant de sa fille, âgée de 95 ans, que nous avons eu la chance de rencontrer et qui nous a livré son témoignage.

 

A bientôt, ici et sur  ceuxde14.fr

 

Présentation

  • : Ceux du 106e RI dans la Grande Guerre
  • : ce blog servira de mémoire au 106e Regiment d'Infanterie de Chalons sur Marne pendant la Guerre 1914-18 et celles de tous ses soldats. Combats de Rembercourt, des Eparges, Somme, Champagne, Alsace.Personnages Maurice Genevoix, Robert Porchon.
  • Contact

Texte Libre

poilus.jpg

Recherche