Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 11:24
En 1911, plusieurs unités du 6e Corps d'Armée, dont le 106e R.I, sont choisies pour  expérimenter une nouvelle tenue  et un nouvel équipement.  Cet essai avait été lancé par le Ministère de la Guerre.  La commission comportait, entre autres, deux peintres militaires célèbres, Edouard Detaille et Georges Scott.
Le but de cette réforme était de rendre les uniformes (bleu et rouge) moins voyants et de supprimer tout attribut brillant. Des améliorations importantes seraient aussi apportées à l'équipement du fantassin, simplifié et désormais établi en cuir fauve ou vert. Un casque léger en liège remplace également le képi traditionel.
A l'issu des grandes Manoeuvres de Septembre 1911, où près de 2500 hommes sont équipés de cette tenue gris-vert dite "réséda", la commission rend un avis négatif à cette tenue !
Le camouflage est jugé inutile et surtout inésthétique et peu gai comparé aux tenues flamboyantes classiques qui reflètent l'esprit " National" depuis l'Armée de la République...
Dommage ! Les armées Impériales Allemandes avaient bien choisies, à partir de 1907, la même nuance pour leurs uniformes de campagne, le célèbre "Feldgrau."
La différence entre les deux camps sera fera dans les plaines de Belgique et de France à partir d'Août 1914, mais ce ne sera plus des manoeuvres...


reseda2.jpg                                       Caporal du 106e RI portant la tenue Réséda et le nouvel équipement ( 1911)
Repost 0
Published by Florent Deludet - dans Avant 1914
commenter cet article
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 19:39
chanzy.jpgAprès les Manoeuvres de 1880, le 106e RI quitte sa garnison de Bar le Duc ( Meuse) et vient s'installer à la Caserne Chanzy à Châlons sur Marne (Marne). En 1886, le 1er Bataillon va au Camp de Châlons ( aujourd'hui "le Camp de Mourmelon") relever un Bataillon du 132e RI de Reims, et depuis lors  le 106e est chargé de fournir alternativement un de ses bataillons pour assurer le service des Ecoles de Tir.
Le 6 Juillet 1887,le régiment, sur l'initiative de son Colonel , M. de Groulard, fête pour la première fois l'anniversaire de la bataille de Wagram ( 6 Juillet 1809). Voir la photo ci-dessus.
wagram.jpg
La réputation du régiment n'est plus à faire et elle se trouve admirablement résumée dans les lignes suivantes extraites de l'ordre laissé au régiment en 1894, par M.le Général de Division Kessler, inspecteur général :
" Le 106e Régiment d'Infanterie est un des meilleurs de la région frontière; il est prêt pour la guerre; il ferait de la bonne besogne sous la conduite d'un chef."


Repost 0
Published by Florent Deludet - dans Avant 1914
commenter cet article
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 18:53
undefined
Pendant que Napoléon va, avec la Grande Armée, qu'il a réunie au camp de Boulogne et qu'il a transportée de la Manche au Rhin en moins d'un mois, pénétrer en Bavière pour y combattre la troisième  Coalition, Masséna commandant de l'Armée d'Italie, recoit la mission de garder et d'observer la ligne de l'Adige.
Le 106e de Ligne appartenant à la Division Séras, passera donc en Italie la campagne de 1805  où il se distinguera à Caldiéro.
Les Autrichiens capitulent en Décembre 1805, et abandonnent des provinces à l'Italie .
L'Empereur se fait couronner Roi d'Italie et son beau-fils , Eugène de Beauharnais, vice-Roi.
Le régiment resta en Italie jusqu'en 1809 et n'eut pas l'honneur de prendre part aux grandes luttes que la Grande Armée eut à soutenir en Allemagne et en Pologne.
1809 voit la Victoire de Wagram en Autriche où le 106e perd 18 officiers et 300 hommes. Après la paix, il rejoint l'Italie jusqu'en 1812.
1812, la Campagne de Russie ! Dans les rangs de la 13e Division ( Général Delzons) du 4e Corps, les 2600 hommes du 106e  quittent Bautzen le 15 Janvier 1812 pour une terrible marche qui va leur faire traverser l'Europe.
Le régiment s'enfonce en Russie en participant à des combats sanglants. Ils arrivent à Borodino , le 6 Septembre 1812, où le 106e ,déchainé, prend le village aux Russes et dans son élan, va trop loin dans les lignes ennemies et se fait tirer à bout portant. Le Général Planzonne est tué.
C'est ensuite la reprise de la marche et c'est Moscou le 15 Septembre où les troupes Françaises resteront 34 jours. Le 19 Octobre, l'Armée quitte Moscou pour commencer cette retraite à jamais mémorable par les malheurs et l'héroisme qui la signalèrent. Le Corps du Prince Eugène est en tête.
Les Russes barrent la route à Malo-Jaroslawetz et le 106e plie sous le nombre des assaillants. Le Général Delzons est tué de 3 coups de feu. Le village change de mains 6 fois dans la journée et les Français s'en emparent enfin !
La retraite se poursuit malgré les cosaques, par Smolensk, Krasnoë , là, le drapeau du régiment est brulé et son Aigle enfouie pour en éviter la capture par les Russes.
Puis Vilna et Könisberg le 16 Décembre 1812...
Du 106 qui avait quitté Bautzen 11 mois auparavant à l'effectif de 2600 hommes, il ne restait le 31 Décembre que 26 Officiers et 60 hommes dont seulement 8 étaient armés.
La retraite s'achève à Berlin le 21 Février 1813. Ce qui restait du 106e de Ligne fut renvoyé en Italie où il vécut les dernières heures de l'Empire.
Licencié en 1814 par Ordonnance Royale, il fut reconstitué pendant les Cent-Jours à Sisteron, mais ne subit aucun fait militaire important. A la seconde Restauration, le numéro 106 disparait complétement.

Repost 0
Published by Florent Deludet - dans Avant 1914
commenter cet article
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 19:32
uniformes-copie-3.jpg




















Le 18 Aout 1772, le roi Louis XVI décide de la création , pour le service des colonies, de quatre corps d'infanterie dont le "Régiment du Cap" .
Formé à St Domingue, il est chargé de la garde de la portion de cette île qui a pour chef-lieu le Cap Français dont il prendra le nom.
De 1777 à 1783, il fournit plusieurs détachements qui vont prendre part à la guerre de l'indépendance des Etats-Unis; Dumouriez, qui devait quelques années plus tard avec Kellermann remporter, aux environs de Chalons, la Bataille de Valmy sur les Prussiens, fit partie de l'un d'eux comme capitaine et fut blessé au siège de Savannah le 9 octobre 1779.
En 1792, lors du rattachement au département de la guerre des régiments coloniaux, le régiment du Cap devient le 106e de Bataille. Il revient en France en 1794 et est dirigé vers l'Ouest pour y marcher, sous les ordres du Général Roche, contre l'insurrection de la Vendée. Après la pacification de cette province, le régiment est licencié.
Suit ensuite une période de réorganisation de l'Armée et la 106e demi-brigade est finalement reformée à Deux-Ponts en Bavière Rhénane le 12 Janvier 1796 pour faire partie de l'Armée de Rhin et Moselle, dans la 1ere Division du centre du Gl Gouvion-St-Cyr.
Elle se couvrira de gloire dans cette campagne contre les Autrichiens à Kniébis, Rastadt, Ettlingen, Rothensol, Neresheim et surtout Biberach, où la 106e gagnera une citation à l' ordre de l'Armée et le droit d'inscrire cette victoire sur son drapeau.
Suivront ensuite les longues Campagnes d'Helvétie ( 1798), d'Italie de 1799 à 1801. En garnison à Cornegliano jusqu'en 1803, c'est ici que la 106e demi-brigade prend la dénomination de 106e Regiment d'Infanterie de Ligne.


Repost 0
Published by Florent Deludet - dans Avant 1914
commenter cet article

Présentation

  • : Ceux du 106e RI dans la Grande Guerre
  • : ce blog servira de mémoire au 106e Regiment d'Infanterie de Chalons sur Marne pendant la Guerre 1914-18 et celles de tous ses soldats. Combats de Rembercourt, des Eparges, Somme, Champagne, Alsace.Personnages Maurice Genevoix, Robert Porchon.
  • Contact

Texte Libre

poilus.jpg

Recherche